fbpx

Interview avec Corinne Suter

Corinne Suter mit Kater1. Tout de suite la question qui tue : est-ce que tu prendras le départ dans tes chaussures de ski ?
Ha ha, oui, enfin, au départ d’une course de ski, c’est plutôt un avantage d’avoir des chaussures de ski aux pieds. Mais je crois que pour la FISHERMAN’S FRIEND StrongmanRun 2014, je vais essayer sans, du moins la première fois. Je pense aussi qu’après quelques mètres déjà, je serai heureuse de ne pas devoir courir avec ces poids supplémentaires. 🙂

2. Comment entends-tu réaliser un bon temps si à tout bout de champ tu dois signer des autographes ?
Bof, ce n’est pas vraiment un handicap majeur pour moi, une petite pause ne fait jamais de mal. 😛

3. Cette année, tu as touché l’or trois fois au Championnat du monde juniors et au championnat suisse. Quel métal convoites-tu pour la FISHERMAN’S FRIEND StrongmanRun ?
Je ne place pas mes ambitions si haut. Bien sûr, je vais donner le meilleur de moi-même mais je ne suis pas une championne de course à pied et je ne me suis pas spécialement préparée pour cet événement.

4. Dominique Gisin, ta camarade sur les pistes qui est également médaille d’or des Jeux olympiques, aurait un avantage puisqu’elle vient d’Engelberg. Avez-vous des plans secrets pour une super équipe de championnes de ski ?
Pas mal, l’idée. Ce serait une bonne équipe. Mais je ne sais même pas si elle sera là le 7 juin.

5. Est-ce qu’après la course tu comptes encore faire un slalom géant entre le Yucatan et la Gletscherspalte, les deux lieux où tout le monde fera la fête ?
Oui, un slalom géant sur les genoux, pour autant que j’aie encore assez d’énergie après la course`!!! 😛

6. Quand as-tu eu pour la dernière fois des crampes musculaires ?
Oufffff… les crampes, je ne les compte plus. Cela dit, j’ai un gros matou à la maison qui dort souvent à mes côtés. Et on sait que les chats, ça aide à se détendre 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *